Le Président Morales a exigé aux pays développés le paiement de la dette climatique et la création d’un Tribunal Environnemental

 

https://www.emboliviafrancia.fr/images/PhotosPublicaciones/one%20planet%202.jpg

Le Président bolivien Evo Morales, qui a participé à un sommet à Paris ayant pour objectif de freiner le réchauffement climatique, a exigé aux pays développés le paiement de la dette climatique et la  création d’un Tribunal de Justice Environnemental sanctionnant ceux qui ne respecteraient pas leurs engagements et continueraient à détruire la planète.

Présidents et dirigeants mondiaux ont participé le mardi 12 décembre 2017 au Sommet One Planet Summit, en vue d’accroître les flux de financement vers des projets de développement durable et de lutter contre le changement climatique.

« Le temps presse » a averti le président Morales au cours d’une conférence de presse précédent son intervention à ce   forum et a proposé un décalogue qui prévoit les droits, devoirs et obligations                 fondamentales des êtres humains envers la Terre Mère.

Le Président a déclaré qu’en premier lieu l’humanité doit reconnaitre et respecter les droits de la Terre Mère, principe sur lequel il a demandé à mettre en place des actions concrètes afin de freiner le réchauffement climatique.

En deuxième lieu, il a demandé la création d’un Tribunal de Justice Environnemental contraignant.

Troisièmement, il a exigé aux nations riches d’honorer la dette climatique avec les pays en voie de développement.

Quatrièmement, Morales a demandé la  reconnaissance du droit humain aux services de base au lieu de privilégier le commerce privé.

Comme cinquième point, il a proposé que les ressources destinées au financement de guerres soient dirigées et utilisées pour faire face aux graves conséquences du changement climatique.

Sixièmement, il a préconisé la construction d’un nouvel ordre économique et financier mondial dans lequel les relations se baseraient sur la complémentarité et solidarité, et non sur l’exploitation.

Le septième point de la proposition du président bolivien exige la reconnaissance des droits des peuples du monde au développement intégral dans un contexte de changements scientifiques et technologiques au niveau mondial.

 

Source: ABI

 

 

Connexion