Le Chancelier demande instamment de promouvoir la conservation des langues autochtones à l'occasion du "Lancement de l'Année Internationale des Langues Autochtones"

 

Le Chancelier demande instamment de promouvoir la conservation des langues autochtones à l'occasion du "Lancement de l'Année Internationale des Langues Autochtones"

Le ministre des Affaires étrangères, Diego Pary Rodríguez, a lancé son intervention en quechua, l’une des langues autochtones reconnues en tant que langue officielle dans la Constitution Politique de l’État Plurinational de Bolivie. Le Ministre a exhorté aux pays participant au lancement officiel de l’Année Internationale des Langues autochtones à promouvoir la conservation des langues autochtones du monde. L'événement a eu lieu le 28 janvier au siège de l'Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture (UNESCO) à Paris-France.

"Je vous transmets à tous les salutations fraternelles du premier président indigène de l'État plurinational de Bolivie. Et nous venons à Paris avec la joie d’avoir franchi une première étape, avec les peuples autochtones du monde, dans le travail que nous avons commencé en 2016 pour la protection et la promotion des langues autochtones; cela signifie fondamentalement revendiquer leur statut, les revitaliser et les relancer dans tous les espaces sociaux, éducatifs et de communication ", a déclaré la chancelière.

L’Année internationale des langues autochtones a été approuvée par l’Assemblée Générale des Nations Unies par la résolution A / RES / 71/178, à l’initiative du Gouvernement bolivien, afin d’attirer l’attention sur la perte des langues autochtones et la nécessité de les conserver, de les revitaliser et de les promouvoir aux niveaux national et international. À cet égard, le Ministre Pary a souligné l'importance de "prendre conscience que la disparition ou la perte des langues autochtones n'est pas naturelle, elle est favorisée par de nombreux facteurs et  liée à la situation sociale, culturelle et politique de leurs détenteurs".

En outre, le ministre des Affaires Etrangères bolivien a invité aux  peuples autochtones du monde à s'approprier et à participer à tous les espaces qui "nous permettent de récupérer, de diffuser, de développer nos langues autochtones". Pary a exhorté les peuples autochtones du monde à transmettre "les connaissances et les langues aux générations futures et à ce que les enfants n’aient jamais honte de leurs langues, car les langues ouvrent des portes et des opportunités au monde".

Les actions menées aux niveaux national et mondial autour de la Déclaration des Nations Unies en 2019 contribueront à promouvoir et à protéger les langues autochtones, à récupérer et à valoriser les connaissances et à améliorer la vie de ceux qui les parlent, conformément aux dispositions de la Constitution Politique de l’Etat et la Loi Générale sur les Droits et les Politiques Linguistiques N° 269 du 2 août 2012. Elle contribuera également à la réalisation des objectifs énoncés dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones et à l'ordre du jour de l’Agenda du Développement Durable 2030.

L'État Plurinational de Bolivie prévoit d'organiser plusieurs événements en 2019 en coordination avec l'UNESCO, qui seront d’une grande importance pour les peuples autochtones et la communauté internationale.

 

Paris, 30 janvier 2019

Connexion